labour revenir à la page d'accueil accéder à la page présentant le projet accéder à la page présentant les publications de Glozel avant Glozel accéder à la page présentant l'Aurisse, petite structure éditoriale de Glozel avant Glozel accéder à la page présentant l'auteur des publications de Glozel avant Glozel accéder au formulaire permettant de commander les publications de Glozel avant Glozel accéder à la page concernant l'administration du site aurisse.fr

Confins et sanctuaires

Depuis bientôt un siècle, on s'éreinte à faire entrer Glozel dans le temps. Mais a-t-on seulement essayé de le replacer dans l'espace et d'en comprendre la localisation ? Certes, si la question s'adressait à la seule géographie physique, qui fluctue peu, elle serait assez vite tranchée. Mais il en va tout autrement si l'on sollicite la géographie humaine, avec son enchevêtrement de territoires engendrés par les multiples appropriations administratives de l'espace. D'autant que le contour de chacun de ces territoires a pu évoluer de façon importante au cours du temps...

Par une enquête régressive, rebroussant la chronologie, cette étude tente de reconstituer l'enchaînement des contextes locaux qui ont accueilli Glozel. Jusqu'à retrouver ceux qui ont pu lui donner du sens. Sont principalement explorés les territoires des communes et paroisses de Chevalrigon, Ferrières, La Guillermie et Lavoine, mais aussi des communes et paroisses voisines de l’Allier, et ponctuellement de la Loire et du Puy-de-Dôme. A cet effet, de nombreuses disciplines sont sollicitées, selon les époques : histoire, généalogie, archéologie, géographie historique, archéogéographie, géologie, linguistique, étymologie, microtoponymie, analyse du légendaire local…

Des faits ignorés sont révélés : Sait-on par exemple que la reine de Bohème s’est rendue au château de Montgilbert ? Qu’une petra solemnis, pierre consacrée, dominait Chevalrigon ?...

Des problématiques inédites sont abordées, notamment : Quelle peut être la raison d’être de la paroisse, à la fois exiguë et surnuméraire, de Chevalrigon, dont Glozel relevait autrefois ? Que sait-on du passé minier et métallurgique de Ferrières ? Que peut apporter à la compréhension de Glozel sa position sur une frontière archaïque, attestée mais totalement méconnue, qui s’est maintenue jusqu’à aujourd’hui ? Que peut apporter à cette même compréhension la proximité de Glozel et d’un mediolanum celtique complétement ignoré à ce jour ? A quelle province, et plus anciennement à quel territoire celtique, est-il légitime de rattacher Glozel ?...

Ainsi replacé dans l'environnement qui a pu lui donner naissance, l'ensemble du patrimoine archéologique de Glozel, collections et site, trouve une cohérence que suggèrent en fin d'étude quelques hypothèses originales…

couverture de Confins et sanctuaires

224 pages, format 16 x 24 cm, 554 notes de bas de pages donnant accès aux sources de la recherche,
94 illustrations noir & blanc et couleur dans 58 figures, de nombreuses informations inédites...


Echos

 

logo Vu du Bourbonnais

 

logo Société d'émulation du Bourbonnais

 

Questions de lecteurs et éléments de réponse

 

Etymologie de Glozel

 

A propos de la famille de Manissy

 

Les deux anciennes paroisses de Ferrières et Arfeuilles ont beaucoup de similitudes. Tout d'abord, un vaste territoire de même superficie, à savoir un peu plus de 60 km2, traversé de part en part par une rivière qui en constitue comme la colonne vertébrale : le Sichon pour Ferrières, le Barbenan pour Arfeuilles. La partie la plus élevée est forestière. La partie basse, qui accueille le bourg, a une vocation plus agricole. Les deux paroisses conservent la mémoire d'une pierre consacrée : petra sollemnis (Pierre soulen du cadastre napoléonien) pour Ferrières, petra sancta (actuelle Pétrassin) pour Arfeuilles. Les deux paroisses incluent une frontière archaïque, pour le moins celtique, dont les toponymes Randier (entre autres) pour Ferrières et Guérande pour Arfeuilles sont un indice. Leur proximité (16 km à vol d'oiseau entre les deux bourgs) pourrait les faire entrer dans le maillage frontalier de territoires anciens, qui restent à délimiter. Ci-après, une petite pierre pour contribuer, peut-être, à cet édifice :

Microtoponymie frontalière. Exemple de la commune d'Arfeuilles (Allier)

 

Ce sont non seulement les références, mais aussi les textes les plus anciennement publiés qui sont disponibles ci-après :

Légendaire de Ferrières 1 : le Sichon en amont du bourg

Légendaire de Ferrières 2 : le Sichon en aval du bourg

Légendaire de Ferrières 3 : château de Montgilbert

 

Bientôt disponibles :

Légendaire de Ferrières 4 : récits divers

 

Mediolanum et rand