labour revenir à la page d'accueil accéder à la page présentant le projet accéder à la page présentant les publications de Glozel avant Glozel accéder à la page présentant l'Aurisse, petite structure éditoriale de Glozel avant Glozel accéder à la page présentant l'auteur des publications de Glozel avant Glozel accéder au formulaire permettant de commander les publications de Glozel avant Glozel accéder à la page concernant l'administration du site aurisse.fr

L'auteur

Joseph GRIVEL

né en Haute-Savoie
études supérieures à Chambéry, Paris X, Aix-Marseille et Lyon
docteur ès Lettres, agrégé de Lettres
disciplines de prédilection : épistémologie et histoire des sciences
poursuit à titre privé l'instruction du dossier de Glozel
auteur de La préhistoire chahutée - Glozel (1924-1941), L'Harmattan, 2003.

couverture de La préhistoire chahutée

Quelques échos...

       Depuis bientôt un siècle, les découvertes de Glozel tiennent la science en échec. Cette résistance insolente, contre laquelle sont venus s’éreinter bien des titres, a fait naître une affaire bruyante rendue aussi complexe par ses développements médiatiques et judiciaires que la question archéologique qui l’a suscitée.
       Les publications consacrées au sujet sont innombrables. Aux travaux d’interprétation archéologique et épigraphique se sont ajoutées des études historiques et sociologiques tout aussi nombreuses. Au point que dresser aujourd’hui une bibliographie exhaustive du sujet est devenu impossible.
       Pourtant cette surabondance documentaire est loin d’avoir épuisé la question. Des points de vue n’ont curieusement jamais été adoptés, des problématiques jamais formulées. L’épistémologie, par exemple, aurait dû s’emparer de Glozel pour en faire un cas d’école, et l’esthétique se passionner pour certaines formes orphelines mises au jour, arrachées à l’imaginaire qui leur a donné naissance. Glozel reste donc, à bien des égards, un dossier à instruire.
       En attendant, quelle que soit l'interprétation qu'on peut lui apporter, ce patrimoine mérite pour le moins d'être soigneusement protégé et conservé. Car à sa valeur archéologique s'ajoute désormais une indéniable envergure historique qui, à elle seule, suffit à justifier sa place culturelle.